DROIT 5 mars 2021

"En période de crise, il faut revenir aux fondamentaux de la gouvernance de l'ASBL..."

Marc Thoulen, économiste spécialisé en finances et gouvernance des ASBL, revient le 11 mars 2021 dans une nouvelle formation ‘’Résilience et bonne gouvernance’’. À cette occasion, notre expert vous dévoilera des conseils avisés pour améliorer la bonne gouvernance de votre association, et ainsi renforcer sa résilience face à des situations de crise.  

‘’ Votre ASBL doit disposer des outils nécessaires à la prise rapide de bonnes décisions ’’ 

MonASBL.be : Quels sont les défis et enjeux d’une bonne gouvernance pour les associations belges en période Covid ?   

Marc Thoulen : Dans une période de crise, ou de reconstruction après une crise, il est essentiel d’en revenir aux fondamentaux de la gouvernance, c’est-à-dire non pas à ses modalités, qui font souvent l’objet de récupérations de circonstance (comme la transparence, la participation, le fonctionnement à distance), mais à ses finalités : que l’association soit en mesure de prendre rapidement les bonnes décisions de conservation ou d’adaptation.  

Pour cela, il faut s’assurer qu’elle dispose, au niveau des personnes, des organes, ou encore de son cadre, des outils qui permettent de prendre rapidement les bonnes décisions. Des décisions rapides, quoique dûment éclairées, qui offrent les meilleures chances de réussite, sans oublier leur acceptation, gage de leur mise en œuvre, notamment parce qu’elles respectent les valeurs de l’association.  

Lire aussi : La bonne gouvernance, les ASBL n’y échappent pas

‘’ Les notions d’éthique se sont fait une place au côté des critères légaux… ’’ 

MonASBL.be : Comment ont évolué les modes classiques de la bonne gouvernance ?  

Marc Thoulen : Le débat traditionnel selon lequel on aurait à placer le curseur quelque part entre démocratie maximale et efficacité maximale, a aujourd’hui fait long feu. La matière est aujourd’hui devenue largement plus complexe, et en particulier parce que la gouvernance est basée sur un corpus de valeurs qui s’est lui-même étendu. Aujourd’hui, les notions d’éthique se sont largement fait une place au côté des critères légaux, en termes de respect de la diversité ou d’équilibre des genres, par exemple. La représentation des membres, voire des bénéficiaires, ou la participation, associant aussi le personnel, s’est également invitée au débat.  

Et quant aux modalités, on se rend compte aujourd’hui qu’il ne suffit plus d’agir seulement au niveau du « hardware », c’est-à-dire du dessin des organes, mais à tout ce qui touche à leur fonctionnement, aux gens qui les habitent et au cadre qui leur donne leur sens, tout un ensemble que j’oserais désigner ici par « software » de la gouvernance.   

Lire aussi : Statuts : un outil au service de la bonne gouvernance de l’ASBL

‘’ Les pistes ne manquent pas pour améliorer la bonne gouvernance de votre ASBL…’’ 

MonASBL.be : Pouvez-vous nous donner un bon conseil pour renforcer la résilience des associations et instaurer une bonne gouvernance ?  

Marc Thoulen : Sans aucun doute, profiter de l’obligation de mettre à jour vos statuts dans le cadre du nouveau Code des Sociétés et des Associations, pour améliorer ce que ceux-ci peuvent apporter à la bonne gouvernance de votre ASBL. Les pistes ne manquent pas, que ce soit dans le mode d’admission et d’implication des membres, dans les conditions posées pour devenir administrateur, dans l’organisation de la gestion stratégique et de la gestion quotidienne de l’association, pour n’en citer que quelques-unes.  

Restons toutefois conscients du caractère partiel de ces démarches, qui auront à être complétées par d’autres, qui vont au-delà des statuts. Et soyons aussi conscients qu’une grande partie reviendra à l’humain, sur lequel nous n’aurons, en définitive, que peu de prise.