Accord non-marchand bruxellois : décryptage des revalorisations salariales

L’accord non-marchand bruxellois a été adopté par les différents partenaires à la veille des fêtes de fin d’année 2021. Au total, plus de 57 millions d’euros ont été dégagés pour financer cet accord ! Une partie conséquente de cette enveloppe sera utilisée pour permettre des revalorisations salariales. Mais, concrètement, quelles mesures vont-elles être mises en place ? Décryptage avec le cabinet de la Ministre-Présidente COCOF, Barbara Trachte.

Sur les 57 millions d’euros obtenus pour financer l’accord non-marchand bruxellois - conclu entre le gouvernement, représenté par les collèges de la COCOF et de la COCOM, et les partenaires sociaux - un peu moins de 40 millions d’euros sont dédiés au volet « attractivité et pouvoir d’achat ». Sa mission centrale est d’œuvrer à l’attractivité des métiers des secteurs du non-marchand. Pour y parvenir, une mesure tient une place prépondérante : l’implémentation de la classification et du modèle salarial IF-IC.

Pour rappel, ce fameux IF-IC, développé à la base pour le fédéral, est avant tout une méthodologie permettant d’inventorier, de décrire et de pondérer des fonctions qui existent. La première classification IF-IC était destinée au secteur de la santé dont les listes de fonctions (et les échelles barémiques liées) dataient des années... 1970. Il était devenu indispensable de les mode

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.