Accord non-marchand wallon : "Gare aux conséquences de la réforme APE !"

L’accord non-marchand wallon 2021-2024 est désormais bouclé. Au menu : 260 millions d’euros pour engager du personnel et augmenter les salaires. Le gouvernement juge cet accord « historique ». Mais qu’en pensent les acteurs de terrain ainsi que l'opposition ? Alda Greoli, députée wallonne cdH et ancienne ministre, est la première à livrer son analyse à MonASBL.be.

« Dans le voyage, l’important est le chemin … et le sens que l’on donne à celui-ci »

Pourquoi souhaiter des accords sociaux ?

Aboutir à un accord non marchand intersectoriel comme faire atterrir un accord interprofessionnel est toujours un long chemin… Mais il est indispensable que les partenaires sociaux, tout comme les responsables politiques, continuent à l’emprunter et arrivent à destination.

La stabilité et la paix sociale sont souvent mises en avant pour en prouver l’importance. Mais cela ne dit pas tout. Des accords tels que ceux-là disent quelque chose de notre modèle de développement, de notre volonté de cohésion politique et économique et de la solidarité entre les travailleurs et les entrepreneurs.

Il est parfois bon de rappeler que, si ces négociations sont aussi importantes, c’est qu’elles font partie intégrante de notre modèle de sécurité sociale et de notre vol

Pour lire la suite,
abonnez-vous à MonASBL.be ou connectez-vous à votre compte.